Home Jardin Comment concevoir un jardin durable

Comment concevoir un jardin durable

by Nawelle

Les jardins britanniques couvrent six millions d’hectares de terres et les propriétaires de jardins peuvent donc, individuellement et collectivement, contribuer à enrayer la tendance au déclin de la biodiversité dans le monde. La conception durable peut sembler restrictive, mais si nous démêlons ce que les principes signifient en pratique, nous pouvons révéler des solutions imaginatives et pratiques sans limites qui tiennent compte à la fois du facteur “wow” et de l’impact écologique.

Les jardins verts constituent un espace de vie confortable qui agit comme un “puits de chaleur” en refroidissant et en humidifiant l’air ambiant et en absorbant les gaz à effet de serre, la pollution atmosphérique et la poussière. La biodiversité va de pair avec un riche mélange culturel qui vous permet d’être expressif dans votre propre style – en complément de l’architecture de votre maison et de votre style de vie.

A voir aussi : L'intérieur des espaces extérieurs

Conservation de l’eau

Le toit d’une maison moyenne perd 45 000 litres d’eau de pluie par an, ce qui équivaut à environ 25 % de l’eau que vous consommez. Il est facile de détourner l’eau de pluie des tuyaux de descente vers un réservoir de fond ou souterrain, mais vous devrez prendre en compte, au stade de la planification, les utilisations qui seront faites des eaux de pluie et des eaux grises collectées.

  • Si vous ne stockez pas l’eau, ralentissez le débit en la drainant vers les plates-bandes et plus profondément sous terre pour atténuer les crues soudaines.
  • Utilisez les chaînes de pluie pour diriger l’eau des toits et des auvents – elles sont fascinantes à regarder et les enfants les adorent.
  • Au niveau du sol, il existe une sélection croissante de produits perméables et poreux pour le pavage.
  • Assurez-vous que la chute sur des surfaces imperméables s’incline vers des parterres de fleurs, une rigole ou un jardin pluvial.
  • Au lieu d’un pavage imperméable, recouvrez l’herbe de grilles porteuses de véhicules pour l’accès et le stationnement.
  • Évitez les relevés qui limitent le débit.
  • Réfléchissez à deux fois avant d’installer des jardinières ou des plates-bandes surélevées qui nécessiteront une irrigation intensive.

Faire face à la sécheresse

Vous devez également prévoir des périodes de sécheresse prolongées. Suivez la règle “bonne plante, bon endroit” : obtenir la synergie entre un aménagement paysager dur et un aménagement paysager mou, et comprendre votre sol. Vous pouvez également prévenir la perte d’humidité par évaporation en paillant vos plates-bandes. Vous pouvez utiliser du compost organique, de l’écorce déchiquetée, divers agrégats décoratifs, ou même des coquillages broyés.

A lire également : Guide de l'agriculture de basse-cour pour les débutants

Choisir des plantes pour la biodiversité

Dans la conception du jardin, le mariage entre le cultivé et le sauvage ne doit pas être une contradiction. Il existe de nombreux exemples de jardins bien planifiés utilisant des plantes bénéfiques, productives et respectueuses de la vie sauvage.

Des arbres fruitiers en espalier encadrant un chemin, un amélanchier à plusieurs tiges planté en formation de grille, ou un mur de lierre vivant peuvent tous être bénéfiques pour la faune.

  • Pourquoi ne pas protéger une partie du jardin avec une haie taillée ou un panneau de lattes pour créer une zone plus sauvage pour les hôtels d’insectes, le compost, les piles de rondins et les plantations riches en nectar ? Les enfants peuvent en profiter pour aller à la chasse aux insectes et s’informer sur les insectes.

Toits verts, bruns et en sedum

Un autre moyen de rendre votre site aussi biodiversifié que possible est d’établir un toit vert, qui augmentera également la rétention d’eau. Plusieurs tapis de plantes vivantes sont disponibles, qui se déroulent simplement sur un toit à pente douce. Les couvertures de sedum sont couramment utilisées, mais un mélange d’espèces, dont le sedum et une série de fleurs sauvages, générera une plus grande biodiversité et un plus grand intérêt visuel.

Une alternative est un toit “brun”, composé de gravats ou d’autres agrégats. Il peut être laissé aux aléas des graines laissées par les oiseaux qui passent ou le vent, ou semé avec un mélange de graines de fleurs sauvages. La capacité portante de votre bâtiment déterminera la profondeur du milieu de culture et, par conséquent, les plantes qui sont durables dans ce microsystème.

Choisir le bois durable

Les terrasses sont relativement légères, ce qui les rend souvent idéales pour les balcons et les jardins sur le toit. Une terrasse peut servir de pont sur les conduits et entre les différents niveaux du jardin. Il offre un accès adapté aux fauteuils roulants sur un terrain marécageux et minimise la perturbation des racines des arbres.

  • Si votre budget le permet, vous pouvez faire étalage de la belle veinure et de la couleur des bois durs comme l’ipê et l’eucalyptus pour un revêtement de sol sans couture qui prolonge la maison dans une pièce extérieure.

Le bois est cultivé, transformé et assemblé plus rapidement que par le passé, et avec des résultats plus durables. Un bois tendre modifié, comme un pin jaune imprégné du sud des États-Unis ou un séquoia traité à la chaleur de Scandinavie, est susceptible de donner de meilleurs résultats qu’un bois dur tropical bon marché.

Il faut aller au-delà des brochures séduisantes et des descriptions rêveuses pour trouver les faits. Ce faisant, veillez à ce qu’une caractéristique éco-positive (par exemple, une production à faible consommation d’énergie) ne soit pas contrecarrée par une caractéristique négative (par exemple, une réduction de l’espérance de vie du conseil d’administration parce que vous avez choisi le mauvais pour le poste).

Au Royaume-Uni, la quasi-totalité du bois de terrasse est importée. Les quelques exceptions sont des quantités limitées de chêne vert et de châtaignier – bien que ceux-ci soient souvent mieux adaptés aux bardages, aux clôtures et aux pergolas que les trottoirs de bois. L’origine précise d’une planche peut être difficile à retracer.

  • Le Forest Stewardship Council et le Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC) sont les billets magiques pour le bois d’origine responsable, bien que certains pays fonctionnent selon des systèmes différents. L’ipê haut de gamme du Brésil est soumis au code de pratique de l’IBAMA.

L’approvisionnement responsable ne concerne pas seulement la sylviculture, mais l’ensemble du cycle de vie, y compris les processus de production et notre propre impact environnemental en tant que consommateurs. Les déchets de bois, par exemple, sont un moyen efficace d’alimenter les scieries. Alors que les chutes de bois traitées chimiquement doivent être mises en décharge (elles dégagent des fumées toxiques si elles sont brûlées sur un feu ouvert), le bois non traité peut être utilisé sans danger dans un poêle à bois.


Image : Garden For Monaco par Sarah Eberle

Sarah Eberle a sélectionné l’eucalyptus pour son “jardin pour Monaco” au salon des fleurs de Chelsea de la Royal Horticultural Society en 2011. Les références environnementales étaient essentielles à la conception, car la Principauté de Monaco voulait montrer au monde qu’il n’y a plus que des James Bond et des casinos. Sarah avait besoin d’un bois “durable et répondant à un cahier des charges de qualité”. Elle devait être intelligente, solide et stable pour pouvoir fonctionner à l’intérieur et à l’extérieur pour la terrasse, les fascias et un escalier en porte-à-faux. “Ce qui m’a fait plaisir avec l’eucalyptus, c’est que nous pouvons le cultiver presque partout – et il est facile à cultiver”, dit-elle. Les nouvelles générations d’eucalyptus cultivés en plantation peuvent être récoltées en 14 à 16 ans, contre 60 ans et plus pour de nombreux autres arbres tropicaux.


Récupérer, recycler et réutiliser

Essayez de récupérer et de réutiliser autant de matériel que possible. Cela vaut autant pour le paillis et le compost que pour le pavage et autres matériaux de construction. Pour réduire l’empreinte carbone, diminuer les coûts des déchets et éventuellement économiser du temps de travail, vous pourriez louer une machine Rhino. Cela permettra d’écraser les briques et les pavés cassés, les blocs de béton et les débris de pierre pour en faire un noyau dur de qualité.

Pensez aussi aux possibilités de sauvetage pour les générations à venir. Prévoyez du mortier de chaux (au lieu du mortier de ciment, qui est beaucoup plus dur et difficile à nettoyer) pour la construction de votre jardin – il sera plus facile de démonter le mur ou le dallage et de réutiliser les matériaux à l’avenir. Les joints de mortier de chaux sont également plus durables car ils permettent une certaine flexibilité naturelle dans le mur pour faire face aux extrêmes d’humidité, de sécheresse, de chaleur et de froid.

N’oubliez pas, pour les constructions de maisons et de jardins, de veiller à ce que le mélange de mortier ne soit pas infiltré dans le sol en déversant des seaux dans les parterres de fleurs – car cela peut modifier considérablement le pH du sol et endommager les plantes qui poussent dans des conditions neutres ou plus acides.

Liste de contrôle essentielle

  • Utilisez l’espace au mieux ; envisagez un jardinage productif en mélangeant des cultures comestibles avec des plantes décoratives
  • Utiliser au mieux les actifs existants – par exemple, les arbres et les étangs établis
  • Renforcer la biodiversité partout où c’est possible
  • Réduire au minimum les intrants et les extrants, en veillant à préserver les ressources naturelles limitées
  • Suivre les principes SUDS (Sustainable Urban Drainage Solution) en ce qui concerne l’eau de pluie
  • Une plante pour la postérité
  • S’approvisionner en matériaux de manière responsable et, dans la mesure du possible, auprès de fournisseurs locaux
  • Récupération et réutilisation
  • Appliquer des pratiques écologiques sur le terrain, dans la préparation des travaux de terrassement, la construction, la culture et l’entretien des jardins

Pour plus d’informations :

  • Des plantes pour les pollinisateurs et différentes conditions de site – www.rhs.org.uk
  • Consultez le “Guide du bon bois” sur www.foe.co.uk
  • Base de données sur le bois et ses utilisations sur www.trada.co.uk
  • Toits végétaux – www.livingroofs.org
  • Approvisionnement responsable en matériaux : “BRE Green Guide to Housing Specification” disponible sur www.brebookshop.com

Image présentée par Martin Looker

You may also like