Accueil Jardin Jardins respectueux de la vie sauvage

Jardins respectueux de la vie sauvage

Ce qu’il faut retenir est la première décision dans la conception de tout jardin et bâtiment. Des modifications majeures de la végétation existante peuvent être un choc pour la faune, il est donc préférable de travailler de manière progressive. Les arbres, les arbustes et les plantes vivaces naturalisées sont un atout. D’autre part, plus vous utilisez de béton sur le terrain, moins votre jardin risque d’être respectueux de la faune et de la flore.

Plantation

Optez pour la variété dans les plantations – et si vous aimez une palette minimaliste près de la maison, laissez d’autres espaces se déchaîner. En plus d’offrir un intérêt visuel tout au long de l’année, le fait de tenir compte de toutes les saisons contribue à préserver la faune et la flore. Par exemple, les plantes à floraison précoce et tardive fournissent du nectar aux insectes juste après leur sortie de l’hibernation ou avant qu’ils n’y entrent. Que vous soyez passionné par les belles bestioles ou les fleurs, la base de données des codes postaux de la flore et de la faune du musée d’histoire naturelle peut être un bon point de départ (allez sur nhm.ac.uk et cherchez « postcode plants »).

A lire également : 11 façons surprenantes d'utiliser le coca-cola pour cultiver un jardin abondant

La cohabitation

Toute taille ou forme de jardin a le potentiel d’être favorable à la vie sauvage – car les insectes aériens et les insectes fouisseurs gravitent vers les meilleures sources d’abri et de nourriture.

Toutes les crevasses et cavités sont fantastiques pour les abeilles et autres insectes bénéfiques. Vous pouvez acheter ou fabriquer vos propres hôtels d’abeilles, mais assurez-vous qu’ils sont situés dans des endroits chauds, ensoleillés et abrités. Ou bien, si vous montez des panneaux de treillis sur des lattes fixées dans un mur, cela créera un espace pour que les oiseaux puissent construire leurs nids et pour que les insectes utiles puissent se cacher.

A lire en complément : Les différents types de pas japonais et comment les utiliser

Lorsque vous sélectionnez les grimpeurs qui grandiront dans ce treillis, optez pour un généreux mélange de nectar, de pollen et de fruits. Le lierre, qu’il s’agisse de grimper sur un mur ou de brouiller le sol, est un refuge pour toutes sortes d’insectes et d’oiseaux. Lorsqu’il est exposé à un soleil abondant, il produit des fleurs riches en nectar en fin de saison pour les papillons et les syrphes, suivies d’une grande récolte de baies en plein hiver.

Couverture sauvage et exotique

La couverture est excellente pour la faune. Vous obtiendrez plus de baies pour votre argent si vous achetez et plantez des « fouets » à racines nues en hiver. Elles sont rapides à enfoncer dans le sol et faciles à manipuler pour les enfants, surtout si vous choisissez des espèces sans épines.

Pour votre haie d’animaux sauvages, utilisez un mélange d’aubépine, de rose de guelder, de sureau, de noisetier, de chêne, de houx, d’érable des champs, de troène sauvage, d’églantier et de chèvrefeuille. Si vous avez de la place, plantez deux rangées en quinconce, à 30-60 cm l’une de l’autre. Les plantes indigènes sont souvent populaires auprès des animaux sauvages, mais vous pouvez les intercaler avec des plantes non indigènes pour leur donner plus d’intérêt visuel.

Réduire la maintenance

Ne taillez pas tous vos arbustes en même temps – si vous réduisez progressivement, vous aurez un mélange de vieux et de nouveau bois qui profitera à différentes faunes à différents moments. Attendre le printemps pour couper les tiges laissera des graines nutritives pour les oiseaux en hiver. Les insectes, les grenouilles, les crapauds, les tritons et (s’ils sont dans votre région) les hérissons adorent se cacher sous un tas de rondins dans un coin ombragé. Les bois plus durs, tels que le chêne, le frêne ou le cerisier, sont plus lents à se décomposer – mais les bois plus tendres sont tout aussi bénéfiques – et de nombreux coléoptères et mousses se nourrissent de bois en décomposition. Si vous souhaitez moins d’entretien, vous serez peut-être soulagé de savoir que laisser un peu de litière organique peut faire plus de bien que de mal !

À propos de l’auteur

Directeur de The Extra Room, Jackie Herald est paysagiste depuis huit ans.

Tél : 07714 234808

Image principale : Le nouveau jardin sauvage de Nigel Dunnett au RHS Chelsea Flower Show 2011. Photographe : Jackie Herald

Promouvoir la biodiversité locale

Les jardins respectueux de la vie sauvage ne se contentent pas d’être des espaces verts esthétiques, ils ont aussi une vocation écologique : promouvoir la biodiversité locale. En effet, en choisissant des plantations adaptées à leur environnement et en offrant des habitats aux animaux locaux, ces jardins participent à l’équilibre naturel de leur écosystème.

Pour cela, pensez à bien privilégier les plantations locales ou du moins adaptées au climat et au sol de la région. Cela permet non seulement de favoriser le développement des espèces indigènes, mais aussi d’offrir un milieu favorable pour les pollinisateurs, comme les abeilles et les papillons.

Pensez à bien choisir des matériaux naturels tels que le bois ou la pierre, qui sont propices aux petits animaux tels que les hérissons ou les lézards. Il faut aussi éviter l’utilisation excessive des pesticides qui détruisent non seulement les nuisibles, mais aussi tous ceux qui sont utiles au jardin.

Le choix du mobilier peut aussi jouer un rôle dans la promotion de la vie sauvage, puisque certains matériaux sont plus respectueux que d’autres. Les meubles en bois brut, par exemple, s’intègrent parfaitement dans un jardin sauvage, alors que le plastique synthétique peut être fatal aux animaux marins lorsqu’il finit dans l’océan.

Une sensibilisation accrue auprès du grand public sur l’importance de la biodiversité dans nos jardins est cruciale. Les jardins respectueux de la vie sauvage peuvent ainsi être un exemple pour les particuliers et les professionnels qui souhaitent eux aussi contribuer à la préservation des écosystèmes locaux et donc au maintien d’une planète saine pour tous.

Éviter l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques

Les jardins respectueux de la vie sauvage ont pour objectif principal de préserver l’environnement. Pour atteindre cet objectif, il faut choisir judicieusement ses semences en optant principalement pour celles résistant naturellement aux maladies et parasites locaux.

La plupart du temps, lorsque nous utilisons un pesticide ou un engrais synthétique dans notre jardin, nous pensons uniquement au résultat final, à savoir des plantations plus saines et une abondance de fruits et légumes. Il faut comprendre que ces produits peuvent avoir un impact négatif sur la faune environnante telle que les oiseaux, les insectes bénéfiques et même les animaux domestiques qui pourraient être exposés à ces toxines.

L’utilisation intensive des pesticides peut aussi conduire à une résistance accrue chez les organismes nuisibles ainsi qu’à la contamination des sols et de l’eau souterraine. Lorsque cela se produit, nous perdons notre capacité naturelle à contrôler ces organismes indésirables sans recourir aux pesticides nocifs.

Éviter l’utilisation excessive ou totale de pesticides chimiques dans votre jardin est non seulement bénéfique pour la vie sauvage locale, mais aussi pour votre propre santé et celle de vos proches. Optez plutôt pour des méthodes alternatives comme le compost organique ou encore en encourageant la présence d’animaux bénéfiques dans votre jardin afin d’assurer son développement durable.

ARTICLES LIÉS