Accueil Maison Isoler ses fenêtres pour réaliser des économies : quel vitrage choisir ?

Isoler ses fenêtres pour réaliser des économies : quel vitrage choisir ?

isoler une fenêtre

Les fenêtres représentent 15 % des déperditions de chaleur pour une habitation moderne et jusqu’à 30 % des pertes calorifiques dans le cas d’une maison de conception traditionnelle. Elles constituent donc un poste important en matière d’isolation thermique si on veut parvenir à améliorer le confort thermique au sein de son logement, mais également réaliser d’importantes économies sur sa facture de chauffage.
Dans cet article, on vous propose de découvrir les solutions de vitrage les plus performantes pour une isolation efficace de vos ouvertures.

Le double vitrage, une solution avantageuse

Le simple vitrage ayant un pouvoir d’isolation très limité, le passage au double vitrage est une bonne approche afin d’optimiser le confort thermique d’un logement et réduire sa consommation énergétique. Ce genre d’équipement, en plus d’être économique et écologique, est assez facile à poser. Le double vitrage est très plébiscité actuellement, aussi bien en neuf qu’en rénovation, pour ces différentes raisons.

A voir aussi : L'importance de la fermeté de la mousse pour votre matelas

En outre, si les ménages sont nombreux à choisir cette option, c’est également parce que l’installation du dispositif est éligible aux différents systèmes d’aide et de subvention de l’État. Grâce à ces mécanismes, vous pouvez bénéficier d’une belle prime pour changer vos fenêtres ainsi que de différents coups de pouce et soutiens financiers (MaPrimeRénov’, éco-prêt à taux zéro, TVA réduite à 5,5 %, et autres).

En quoi le double vitrage est-il réellement une bonne alternative pour remplacer ses fenêtres ?

Le double vitrage est un type de fenêtre dont la structure est composée de deux feuilles de vitre séparées par une lame de gaz. Les professionnels utilisent généralement de l’argon, du xénon, du krypton ou de l’air confiné afin que la couche espaçant les deux parois dispose d’une meilleure capacité d’isolation. L’épaisseur des éléments peut varier d’un modèle à l’autre. Les équipements les plus courants sont de 4/12/4 ou de 4/16/4 (12 mm ou 16 mm de gaz et 4 mm de verre de part et d’autre). Ce qui fait une épaisseur totale de 20 ou 24 mm.

A lire aussi : 4 façons d'effacer les vilaines éraflures des planchers de bois

Sur certains doubles vitrages, la lame d’air peut atteindre 20 mm d’épaisseur (voire même plus). Cependant, au-delà d’un certain niveau, la couche d’air peut perdre son efficacité en raison des mouvements de convection. C’est la raison pour laquelle les experts recommandent toujours aux ménages d’opter pour les dispositifs avec des dimensions standards.

De par leur armature un peu particulière, les fenêtres à double vitrage apportent un réel gain de chauffage. Elles permettent, en effet, de réduire considérablement les déperditions calorifiques, et donc, de conserver la chaleur à l’intérieur du logement. Le coefficient d’isolation Uw pour ce type de structure est d’environ 2,8 pour les modèles ordinaires (et en moyenne 1,1 pour les vitrages peu émissifs et ceux avec lame d’argon) alors que celui d’un simple vitrage se situe généralement entre 4,8 et 5,9. Cette valeur signifie que l’équipement dispose d’une excellente performance puisque plus l’indice est bas et se rapproche de 0 plus le dispositif est isolant.

Concrètement, le passage au double vitrage devrait permettre à un foyer d’économiser 50 kWh/m² (soit une réduction de 40 % des déperditions thermiques dues aux menuiseries), et donc, de réaliser une économie de 10 à 15 % sur ses factures de chauffage. Le niveau est encore plus élevé avec les modèles à haut rendement (avec une lame d’air argon ou renforcé avec une couche d’oxydes métalliques), car il peut atteindre les 121 kWh/m² ou 148 kWh/m², soit une économie de plus de 30 %.

Qu’en est-il du triple vitrage ?

Puisqu’il est constitué de trois feuilles de verre espacées par des lames isolantes (un vitrage de plus que le double vitrage), le triple vitrage est particulièrement performant en termes de capacité d’isolation thermique. Le coefficient Uw pour ce genre de fenêtre est en moyenne de 0,7.

Cependant, bien qu’il soit très efficace, ce type d’équipement reste peu utilisé actuellement en raison du fait qu’il est assez lourd et qu’il permet une moins bonne transmission lumineuse. Ces caractéristiques font qu’il dispose d’un facteur solaire assez bas et qu’il nécessite des supports d’installation adaptés. De manière générale, les experts recommandent uniquement cette solution pour les résidences « basse consommation » ou maisons passives et les logements situés dans des régions de grand froid.

ARTICLES LIÉS