Accueil Décoration Bois certifié FSC et bois certifié SFI : quelle est la différence ?

Bois certifié FSC et bois certifié SFI : quelle est la différence ?

Si la durabilité est importante pour vous lorsque vous rénovez une cuisine ou une salle de bain ou que vous construisez une terrasse, recherchez la certification du Forest Stewardship Council (FSC). C’est le meilleur indicateur, ici aux États-Unis, que le bois utilisé pour fabriquer vos armoires, vos comptoirs, votre terrasse, etc. a été récolté de manière durable.

La certification de la Sustainable Forestry Initiative (SFI) est également utile, bien que moins rigoureuse. C’est un bon pari quand on ne trouve pas de produits FSC.

A lire en complément : Tout ce dont vous avez besoin pour rénover votre salle de bains - de A à Z

Les deux certifications vous indiquent si un produit du bois provient d’une forêt gérée de manière responsable.

Gestion responsable des forêts

Il comprend :

A lire en complément : Ne soyez pas l'un de ces propriétaires qui dépassent leur budget pour une rénovation

  • Protéger les écosystèmes fragiles
  • Respecter les cultures et les économies indigènes
  • Prévention de l’exploitation forestière illégale
  • Limitation des coupes à blanc (suppression de tous les arbres d’une parcelle) et de l’utilisation de pesticides
  • Contrôler la « chaîne de contrôle », c’est-à-dire s’assurer que le bois du produit que vous regardez provient bien de la forêt certifiée.

Où trouver du bois certifié

Demandez à votre détaillant ou à votre ébéniste de vous indiquer leurs options de bois certifié et si certaines sont déjà fabriquées. Vous pouvez également utiliserFSCou la base de données des produits en ligne de la SFI pour sélectionner un détaillant qui vend du bois certifié.

Le bois certifié est-il plus cher ?

La réponse frustrante est peut-être oui, en fonction de l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement, ou peut-être non, comme si les fournisseurs certifiés FSC, par exemple, étaient en concurrence avec du bois qui a été récolté de manière irresponsable. Le FSC vous recommande de faire des achats comparatifs entre les fournisseurs locaux et en ligne.

Forest Stewardship Council = l’étalon-or

Le FSC est largement considéré comme le meilleur programme de certification forestière, bien que les groupes industriels aient tendance à le considérer comme trop strict – et les environnementalistes, trop laxistes. Cette association à but non lucratif a été créée par des groupes environnementaux en 1993.

La plupart conviennent que le FSC est une certification plus solide que le SFI, bien que la mesure dans laquelle elle est discutable, car les deux ont des inconvénients. Le FSC a des critères très spécifiques pour ce qui constitue une gestion responsable des forêts, en mettant l’accent sur la santé environnementale. La certification FSC est plus stricte que la SFI dans plusieurs catégories, notamment en ce qui concerne la quantité de coupe à blanc autorisée et la quantité de pesticides chimiques pouvant être utilisée.

L’inconvénient du FSC : parce qu’il est plus difficile à réaliser, il est plus difficile à trouver en magasin. Mais cela vaut la peine de faire un effort supplémentaire, car la demande des consommateurs peut l’aider à s’étendre à un public plus large. Accordez-vous un peu plus de temps pour localiser les produits, explique BuildingGreen, une entreprise qui forme les professionnels du bâtiment aux certifications écologiques.

L’initiative de foresterie durable est moins rigoureuse

Le SFI a ses racines dans l’industrie forestière, en tant qu’émanation de l’American Forest and Paper Association, dont il reçoit toujours des fonds malgré le fait qu’il s’agisse désormais d’une organisation à but non lucratif distincte. Parce qu’il prend de l’argent directement à l’industrie qu’il contrôle et parce que son processus de certification n’est pas aussi transparent que celui du FSC, on peut raisonnablement douter des intérêts de qui passe en premier.

Néanmoins, le SFI a renforcé ses normes au fil des ans, notamment en interdisant l’exploitation des forêts anciennes et en limitant l’utilisation des pesticides chimiques. BuildingGreen estime que c’est une solution acceptable quand on ne trouve pas de produits FSC.

Mise en garde contre les certifications vertes pour les produits du bois

Les certifications forestières ne sont pas le dernier mot sur le bois. Demandez-vous si l’ensemble du paquet – tout ce qui compose ces armoires – est vraiment vert :

  • Colles
  • Peintures
  • Finis
  • La distance à parcourir pour vous atteindre

Autre idée : la récupération du bois existant ou l’achat de produits contenant une grande quantité de matières recyclées peut être un choix tout aussi écologique.

Les avantages environnementaux et sociaux du bois certifié

Malgré la mise en garde contre les certifications ‘vertes’ pour les produits du bois, vous devez reconnaître que les certifications forestières peuvent aussi offrir des avantages environnementaux et sociaux significatifs.

L’un des avantages majeurs du bois certifié est sa durabilité. Les forêts gérées de manière responsable sont récoltées à un rythme qui permet aux arbres de se régénérer naturellement, évitant ainsi l’épuisement des ressources forestières. La gestion forestière durable maintient l’intégrité écologique des écosystèmes forestiers et garantit une biodiversité accrue.

Les pratiques agricoles responsables impliquent aussi une utilisation minimale d’intrants chimiques tels que les pesticides et les herbicides, ce qui minimise leur impact sur l’environnement.

Le travail dans le secteur forestier peut être dangereux et mal rémunéré dans certaines parties du monde. Les programmes de certification visent à améliorer les conditions sociales pour ceux qui travaillent dans la sylviculture, en fournissant une formation appropriée en matière de sécurité au travail et d’autres compétences nécessaires pour assurer un niveau adéquat de revenu aux travailleurs tout en contribuant à améliorer leurs conditions socio-économiques.

Certains programmes encouragent aussi la collaboration avec les peuples autochtones afin qu’ils puissent bénéficier économiquement des ressources naturelles présentes sur leur territoire ancestral tout en maintenant leur mode traditionnel d’utilisation rationnelle des ressources forestières.

Tout bien considéré, les certifications forestières ont la capacité d’offrir une voie durable pour l’exploitation du bois à travers le monde. Vous devez reconnaître que ces certifications ne sont qu’un aspect de cette complexe question et devraient être évaluées en conjonction avec d’autres facteurs tels que la réduction des déchets et la promotion de l’utilisation responsable des ressources naturelles.

Les retombées économiques du choix du bois certifié pour les entreprises et les consommateurs

Bien qu’il y ait des avantages à utiliser du bois certifié, il faut noter que toutes les certifications ne sont pas créées égales. Certaines certifications peuvent être trompeuses ou même fausses. Il faut donc choisir des produits en bois certifiés.

Certains labels ont tendance à être moins exigeants que d’autres. Par exemple, la norme ISO 14001 n’exige pas une gestion forestière responsable et durable mais plutôt une amélioration continue de la performance environnementale.

D’un autre côté, certains labels peuvent être plus sévères dans leurs exigences : le FSC, par exemple, met l’accent sur la préservation des zones sensibles telles que les forêts primaires et interdit l’utilisation de pesticides dangereux pour l’environnement ou leur emploi sans précautions particulières vis-à-vis des travailleurs locaux.

Il existe aussi un risque élevé de fraude et/ou falsification associé aux produits en bois certifiés. Les entreprises mal intentionnées peuvent prétendre avoir obtenu une certification alors qu’elle n’a tout simplement jamais été délivrée.

Pour éviter cela, il faut des garanties fiables quant au respect effectif de bonnes pratiques visant à assurer la qualité environnementale du produit.

Il faut noter que différentes certifications peuvent parfois être concurrentielles. Par exemple, le FSC et la SFI se disputent souvent le marché des produits en bois certifiés aux États-Unis. Les deux labels ont leurs propres critères d’obtention qui diffèrent selon les cas.

Certains consommateurs peuvent préférer l’un ou l’autre en fonction de leur conviction personnelle sur ce qu’est une gestion forestière durable et responsable. Il faut donc choisir les certifications pour déterminer celle qui correspond le mieux à ses besoins environnementaux et sociaux.

Nous voyons que bien qu’il y ait des avantages importants à utiliser du bois certifié pour sa production, il faut se méfier des certifications et labels peu exigeants et vérifier les garanties proposées par son fournisseur afin de s’assurer de la conformité du produit fini avec les bonnes pratiques écologiques et sociales. Il est également important de choisir judicieusement entre les différentes certifications existantes pour trouver celle offrant une assurance de qualité vis-à-vis des critères choisis, que ce soit pour les entreprises ou les particuliers.

ARTICLES LIÉS