Accueil Travaux Les solutions face aux passoires thermiques

Les solutions face aux passoires thermiques

Si vous vivez dans un appartement ou une maison dont la construction a été achevée depuis des dizaines d’années, vous pouvez vous en douter : vous vivez dans un logement dit « passoire thermique ».

Pour faire simple, c’est un logement qui est très énergivore et qui malgré le fait que vous faites tourner le chauffage, vous ressentez toujours cette sensation de froid.

A voir aussi : Détartrage du chauffe-eau : ce qu’il faut savoir

Rassurez-vous : il y a des solutions qui peuvent vous aider à réagir face à ces passoires thermiques.

L’audit énergétique, la première étape

Vous avez compris : ce sont d’importants travaux qui vous attendent pour que votre maison ne soit plus une passoire thermique. Pour la première étape, il faut faire un audit énergétique ou un bilan énergétique. Pour ce faire, contactez un diagnostiqueur professionnel ou un thermicien.

A lire aussi : Comment associer des panneaux solaires ?

C’est lui qui va s’occuper de l’audit et du DPE ou du diagnostic de performance énergétique. Suite à cet audit, il pourra vous indiquer tous les ponts thermiques de votre logement et il vous donnera également des conseils et des recommandations pour mettre fin à cette passoire thermique.

Les travaux d’isolation

Dans les recommandations et les conseils des professionnels, vous aurez une partie sur l’isolation thermique.

En effet, pour faire diminuer les pertes de chaleur qui participent au fait que votre logement soit une passoire thermique, il faut procéder à des travaux d’isolation thermique.

Vous devez savoir que sur un bien qui n’a pas été isolé ou sur un bien datant d’avant 1974, les pertes de chaleur se font par :

·       La toiture et la déperdition représente près de 30% : vous devez alors isoler la toiture, mais aussi les combles,

·       Les murs : 25% de la chaleur s’échappe par les murs. L’isolation des murs peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur,

·       Les fenêtres : l’isolation de ces éléments se fait par l’installation de fenêtres et de vitrages plus performants. Vous avez compris : il n’y a pas que les fenêtres qui sont concernés, vous devez également isoler les baies vitrées et les autres ouvertures,

·       Le sol : même si les déperditions thermiques par le sol ne font que 10%, vous pouvez aussi procéder à l’isolation du plancher bas.

Pour ces travaux d’isolation, on vous conseille de faire appel à un professionnel RGE ou Reconnu Garant de l’Environnement. Il est expert dans le domaine de l’efficacité énergétique, mais seule son intervention pourra vous faire profiter d’une aide à la rénovation énergétique.

Le remplacement du système de chauffage

Vous devez également comprendre que si votre logement consomme beaucoup d’énergie, le problème peut aussi venir du système de chauffage lui-même.

Dans ce cas, il faut penser à remplacer son équipement de chauffage et de production d’eau chaude par un modèle qui est plus économique et écologique.

Selon vos besoins, vous pouvez prendre une pompe à chaleur, un système de chauffage au bois comme une chaudière à granulés, un chauffe-eau solaire individuel et/ou un chauffe-eau thermodynamique.

Il est également possible d’envisager le raccordement de votre logement au gaz et opter pour une chaudière à très haute performance énergétique.

La mise en place d’un système de ventilation

Pour faire face à cette passoire thermique, il ne faut pas non plus négliger la ventilation. Il faudra également toucher, notamment améliorer la ventilation pour améliorer l’efficacité énergétique du logement.

Cette ventilation est directement liée au renouvellement de l’air. Ceci dit, pour optimiser la ventilation de la maison, vous pouvez faire installer une ventilation mécanique contrôlée.

Il est à rappeler que cette dernière est éligible aux aides à la rénovation thermique, donc vous ne devez pas être si réticent par rapport à son installation.

Les aides à la rénovation énergétique

La réalisation de l’audit énergétique, les travaux d’isolation à faire, l’acquisition et l’installation du système de chauffage et de ventilation représentent quand même un certain budget.

Pour financer une partie ou l’intégralité de ceux-ci, vous pouvez compter sur les dispositifs mis en place par l’état, les collectivités et certains organismes.

En effet, vous pouvez par exemple faire la demande pour avoir :

·       La prime Énergie qui entre dans le cadre des certificats d’économie d’énergie,

·       MaPrimeRénov’ qui peut financer l’isolation des murs, des combles, mais aussi le remplacement d’un dispositif de chauffage, l’installation des fenêtres doubles-vitrages ainsi que l’installation de la VMC,

·       Les Primes Coup de pouce qui viennent augmenter le montant de la Prime Énergie,

·       Le programme « Habiter Mieux Sérénité » de l’ANAH qui peut couvrir jusqu’à 50% du montant total des travaux pour les foyers aux revenus très modestes,

·       L’éco-PTZ qui est un crédit d’une valeur maximale de 30 000 et qui est remboursable sur 15 ans,

Le chèque énergie que vous recevrez automatiquement pour les travaux de rénovation énergétique. La valeur de celui-ci est variable et il peut aller de 48 à 227 euros.

ARTICLES LIÉS